Alice Le Danff jongle avec des stylos piquants, des crayons perturbants et des outils tranchants à Lyon.
Parfois drôles, souvent acides, ses images expriment derrière une féérie de façade la difficulté d'être adulte dans un monde à la fois trop petit et trop grand pour soi.

En mettant en scène des personnages à l'humanité excessive ou douteuse, victimes et bourreaux, dans des univers violents et absurdes, elles donnent corps aux angoisses et malaises liés aux contradictions de l'existence et aux sujets fondamentaux que sont l'amour et la mort. 

Elles sont les témoins d'un dialogue permanent entre une vie imaginaire et une réalité qui s'affrontent, se violentent puis s'entraident, à la fois ennemies et meilleures amies.

Ses créations peuvent adopter des formes variées de la Bande-dessinée au papier découpé en passant par le pop-up, le dessin à l'encre, au crayon de couleur et le collage car à chaque chose qu’elle veut raconter correspond une mélodie pour laquelle elle cherche l'instrument le mieux adapté.